* Soirée thématique: l’Accord Conventionnel Interprofessionnel

  • 9 mai 2017

Le 20 avril 2017  l’Accord Conventionnel Interprofessionnel avec l’assurance maladie a été signé.
Après l’expérimentation des nouveaux modes de rémunération et deux années de règlement arbitral, cet accord conventionnel permet la reconnaissance du travail des équipes des Maisons de Santé pluri-professionnelles.
Parmi les évolutions, la fonction de coordinateur de Maison de Santé va pouvoir être renforcée, de même que l’utilisation de systèmes d’information partagés entre les professionnels ou que la participation des usagers.
Cet outil devrait contribuer au développement et à l’amélioration des soins primaires au bénéfice des patients.
Aux membres de la FémasIF, prioritairement:
Nous vous invitons à venir en parler
le 30 mai 2017
à 20h
au 25 rue Polonceau, 75018 Paris (Plan ICI)
Vous trouverez le formulaire d’inscription ICI à cette soirée.

* Les présentations de la 4ème journée régionale de la FémasIF 2017

  • 10 mars 2017

La FémasIF vous propose ci-dessous les différentes interventions que vous avez pu voir et écouter lors de notre journée régionale du 25 février dernier.

Les supports des ateliers sont  téléchargeables ci-dessous:

Présentation plénière: J Mousques_G. chevillard

Atelier 1: le montage du projet 

Ateliers 3: les CPTS Vers une organisation territoriale des soins primaires -Paris 13

Atelier 4: Système d’Information 

Présentation plénière  Didier Ménard

Atelier 5 Présentation MSP Les Allees PCSP

Atelier 6 Présentation protocole ASALEE MSP de Morangis

Atelier 6 Journée FEMASIF 2017 Psychologue Pole de santé GO

Atelier 8 Les inégalités sociales de santé, G. Ibanez

* Le cahier des charges des MSP actualisé en Ile de France

  • 26 octobre 2016
Le nouveau cahier des charges des MSP de l’ARS d’Ile de France

La nouvelle version du cahier des charges des MSP est paru en juillet 2016.
Peu de changement si ce n’est:
– Les conditions de financement du matériel collectif dans le cadre d’une aide au démarrage qui sont précisées.
et
– Les projets situés en quartiers prioritaires de la politique de la ville sont désormais éligibles (comme les zones fragiles et déficitaires) à une subvention maximal de 100.000€.

* Les contrats locaux de santé

  • 15 mai 2016
Zoom sur les Contrats locaux de santé
Résultat d’un travail collectif de l’ARS et de ses partenaires, le référentiel CLS est un outil méthodologique (fiches sur le site ARS IdF) qui accompagne le mise en oeuvre des contrats locaux de santé de deuxième génération confortés par la loi de « modernisation de notre système de santé »(premiers signés entre 2011 et 2014).Un contrat local de santé est signé par:
  • la collectivité territoriale
  • l’ARS IdF
  • La préfecture du département
  • d’autres acteurs
Ils mettent en oeuvre sur des territoires particulièrement vulnérables les axes prioritaires (issus des projets régionaux de santé) identifiés grâce à un diagnostic local partagé) et les actions adaptées, visant à réduire les inégalités sociales et territoriales de santé. (Rapports et évaluations). Il permet de mobiliser des acteurs des secteurs sanitaire, mais aussi d’autres politiques publiques (permettant ainsi de prendre en compte les déterminants de santé) et promeut une démarche de santé participative (s’appuie souvent sur les ateliers santé ville). 

Bilan sur les Contrats locaux de santé d’Ile de France

L’ARS revient sur la journée bilan des CLS franciliens organisée le 23 juin. Deux principaux thèmes ont été abordés : le CLS comme outil de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé et de transformation du système de santé ; la place et le rôle des acteurs dans la démarche, du point de vue des coordonnateurs et des partenaires.
Plus d’information ICI.

26-10-2016

* Nouvelle version du cahier des charges MSP de l’ARS

  • 22 mars 2016

En décembre 2015, l’ARS Ile de France a apporté quelques modifications au cahier des charges pour le montage des maisons de santé.

Petit rappel

Ce cahier des charges paru en mars 2015 explicitait les modalités d’accès aux soutiens (financiers et via des cabinets d’études) de l’ARS. Plus d’info ICI

Les modifications 

Elles concernent 4 domaines sans que les sommes allouées aient été modifiées (au total 75 ou 100 000 euros selon la zone où est située la future MSP).

  • Des précisions sur l’aide au démarrage 

Sont précisées les prestations finançables sur les 3 lignes prévues:

-> Système d’information partagé et coordonné: aide à l’acquisition d’un logiciel (labellisé Asip-Santé), formation à son utilisation, parc informatique

-> Equipement collectif: matériel médical et/ou paramédical, matériel collectif, mobilier et équipement des espaces communs

-> Organisation administrative : « aide ponctuelle » de financement de poste d’agent administratif pour la gestion administrative, l’organisation interne et les relations à l’environnement (partenariats, institutions…)

Plus de précisions sur les différentes lignes potentiellement éligibles à cette aide au démarrage ICI

  • La liste des prestataires de l’étude de faisabilité

Cette liste de cabinets a été réduite de 19 à 10 Liste ICI

  • Les statuts type d’association 

Dans les annexes sont proposés des statuts type de structure associative dont vous pouvez vous inspirez pour constituer l’association qui portera le projet de MSP (et qui notamment est la seule forme éligible pour les financements publics comme les aides de l’ARS par exemple). La référence à « la conférence médicale », trop connotée et renvoyant à un cabinet d’étude, a été supprimée. Statuts

  • Le choix du logiciel 

Désormais, les équipes, si elles veulent être éligibles au financement de démarrage, ne pourront choisir qu’un logiciel agrée par l’Asip-Santé. Liste des logiciels agrées ICI 

 et aussi:

Des informations utiles sur le site de FACILIMED, première société coopérative de services dédiée aux équipes pluri professionnelles de soins primaires en France et Soigner en Ile de France.

Soirée thématique 12 avril 2016 ETP

  • 18 mars 2016

L’ETP, sur quel territoire ?

En partenariat avec le Pôle de Ressources en ETP Ile de France la FémasIF organise cette soirée à destination de ses membres.:

A ce jour, la majorité des programmes d’ETP sont encore hospitaliers ce qui réduit les possibilités d’accès au plus grand nombre, nous souhaitons voir se développer les programmes en ville avec les organisations de soins de premiers recours et particulièrement avec les structures d’exercice collectif  sur les territoires prioritaires.

L’objectif est de croiser les expériences des équipes pluri professionnelles en Maison / Pôle de Santé et de proposer une démarche d’auto-analyse de pratique.

Plusieurs questions restent posées :

– Qui fait l’ETP ? Qui l’organise ?

– Sur le quel modèle la développer : celui institutionnel actuel ou celui inventé par l’équipe de la MSP ?

– Comment faire : seul ou avec d’autres acteurs du territoire, comme ceux d’un Contrat Local de Santé ?

– Où trouver les ressources nécessaires ?

Toutes ces questions et toutes celles que vous vous posez à propos de la pratique de l’ETP dans vos structures doivent être l’occasion d’échanger et d’avancer ensemble.

Nous vous invitons à venir discuter, en partenariat avec le le Pôle de ressources en ETP Ile de France, le 12 Avril 2016 à 20h00.

AU 25 rue Polonceau Plan ICI

Inscriptions ICI

Et si vous n’avez pas encore répondu à notre questionnaire, il est encore temps!

Pour le bureau de la FémasIF

 

Didier Ménard et Jacques Cittée

Edito de février 2016

  • 7 mars 2016

C’est quoi une « équipe de soins primaires » ?

            Répétons le haut et fort : se considérer comme membre d’une équipe de soins primaires est tout à fait légitime dès lors qu’on adhère au projet de santé de ce collectif organisé et le fait vivre dans la durée. Alors ne bradons pas ce grand progrès, même pour sauver un jeu conventionnel qui semble encore rester bien en deçà des enjeux vitaux de notre système de santé.

            Il y a la définition de la Loi « art L1411-11-1 « : un ensemble de professionnels autour du médecin généraliste … (agissant) sur la base d’un projet de santé … ». Oui, mais est-ce si simple ?
Une équipe de soins primaires c’est un ensemble de professionnels qui portent un projet de santé pour une population, ou qui interagissent simplement sur un territoire ?  On voit rapidement que selon les définitions choisies des analyses peuvent conduire à des applications fort différentes de la loi.
Pour la FémasIF, une équipe de soins primaires comporte les deux aspects ; elle promeut la santé des personnes dont elle a la charge : c’est sa priorité, et elle intervient sur un territoire pour participer, avec d’autres acteurs, à la coordination des parcours de santé en fonction des problèmes et de la complexité des situations (par exemple les problèmes de santé liés à des pathologies neurodégénératives de type maladie d’Alzheimer).
La tentation serait grande de faire croire, pour satisfaire certaines revendications catégorielles, que ce serait la simple participation à une action de coordination qui suffirait à indiquer son appartenance à une équipe de soins primaires. Or une telle conception viderait de son sens la notion même d’ « équipe », car c’est le projet de santé avec toutes ses exigences qui donne sens et cohérence à l’équipe de soins primaires pour conduire dans la durée la coordination des parcours de santé. Le danger est – sous la pression des discussions conventionnelles – de voir décider qu’un acteur qui à un moment donné participe à une coordination de soins devienne de facto un membre d’une équipe de soins primaires, ce qui n’est pas sans risque sur l’évolution des montants des nouveaux modes de rémunérations destinés aux véritables équipes de soins primaires.

   Didier Ménard,                             Jacques Cittée

        Président                                Secrétaire Général

* 3ème journée régionale des MSP, Paris, 6 février 2016

  • 22 février 2016

Retour sur la journée régionale de la FémasIF du samedi 6 février 2016

La Fédération des maisons et des pôles de santé en Ile-de-France (FémasIF) a organisé, pour la troisième année consécutive, une journée d’échanges pour les équipes en activité au sein d’une maison ou d’un pôle de santé, les équipes en montage et les professionnels de santé intéressés par l’exercice pluriprofessionnel et coordonné en soins primaires.

Plus d’une centaine de professionnels de santé (médecins, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, pharmaciens, pédicures-podologues, etc) se sont retrouvés pour discuter de leurs projets et de leurs pratiques.

La pluri professionnalisé: du protocole à la vraie vie

La journée est centrée sur les échanges entre les équipes, sur leurs pratiques pluri-professionnelles, à travers notamment des ateliers où ce sont des équipes en maison et pôle qui présentent leurs expériences et les discutent avec les participants.

9 ateliers de présentations d’équipes pluriprofessionnelles (médecins généralistes, sage-femmes, IDEL, kiné…). 

Vous trouverez les présentations des différents ateliers via les liens ci-dessous:
  • Atelier 1 – « MSP : de la création à la pluri professionnalité, exemple du protocole lombalgie »: Equipe de la MSP Jean Jaures.
  • Atelier 2  –  Prise en charge pluri professionnelle des personnes âgées en zone déficitaire, réponses du PS: Equipe du PSP Paris 13
  • Atelier 3  – Le travail en équipe : illustration: Equipe de la MSP Belleville Pyrénées
  • Atelier 4  – Avantage d’une activité pluri-professionnelle dans l’exercice quotidien:  Equipe de la MSP Michelet
  • Atelier 5 – Mise en place de protocole : l’auto mesure tensionnelle: Equipe de la MSP de Morangis
  • Atelier 6 – Les staffs hebdomadaires pluri professionnels: Equipe de la MSP de Paray Vieille Poste
  • Atelier 7 – Dynamique territoriale autour d’un projet de santé publique : le diabète: Equipe du Pôle de Santé Goutte d’Or
  • Atelier 8 – La prise en charge de la périnatalité au sein de la MSP: Equipe de la MSP Athis Mons
  • Atelier 9 – Point sur la démarche et les aides – Au début du projet de Maison de santé: Delphine Floury

Cette journée a aussi été l’occasion de faire le point sur l’actualité régionale et nationale des maisons et pôles de santé.

Très bientôt les interventions des plénières seront disponibles.

* Aux candidats aux élections régionales en Ile de France, de la FémasIF

  • 25 novembre 2015

A l’attention des candidats et candidates à l’élection du Conseil Régional d’Ile de France

Madame, Monsieur

    Vous êtes candidat(e) à l’élection au Conseil Régional d’Île-de-France. La FemasiF, fédération régionale des Maisons et Pôles de santé souhaite connaître votre projet concernant le soutien à l’offre de santé ambulatoire en Île-de-France.

 Jusqu’à ce jour, le Conseil Régional a soutenu les projets de Maisons de Santé (comme les projets de Centres de Santé) en participant aux dépenses d’investissement (délibération du conseil régional du 27 septembre 2012, article 31). Cette aide précieuse a contribué à la dynamique de développement de ces structures d’exercice collectif. Actuellement près d’une trentaine de structures existent en Ile de France et plus d’une cinquantaine sont en projet.

Ce modèle d’organisation regroupé et coordonné permet à des professionnels des soins de premiers recours (médecins généralistes, kinésithérapeutes, infirmiers, pharmaciens, sages-femmes, orthophonistes, pédicures-podologues…) de répondre au mieux aux besoins de santé de la population, notamment pour prendre en charge des personnes dont la situation est complexe du fait de leur maladie ou/et de leur situation sociale. C’est aussi une pratique attractive pour les jeunes générations, qui favorise l’installation de nouveaux professionnels et permet de lutter contre la désertification médicale qui s’accentue sur plusieurs territoires franciliens, comme l’a démontré la dernière cartographie de l’Agence Régionale de Santé (mars 2015). Le nombre de zones « déficitaires » et « fragiles » en médecine générale couvre désormais 30% de la population francilienne, contre 13% en 2012.

Une évaluation menée au niveau national par l’Institut de Recherche et Documentation en Économie de la Santé  (IRDES) a confirmé en 2015 la plus-value de ces équipes : les Maisons (et Centres) de Santé permettent de stabiliser l’offre de soins sur un territoire, d’améliorer la qualité des soins pour les populations et de diminuer les dépenses de soins (« Questions d’économie de la Santé » de juin et juillet / août 2015).

    Nous souhaiterions savoir comment vous entendez poursuivre le soutien du Conseil Régional aux équipes à travers les aides à l’investissement et faciliter l’accès des équipes à ces aides. Plus globalement, nous aimerions savoir de quelle façon les questions de l’organisation de l’offre de soins et de l’accès à la santé sont intégrées dans votre programme.

    Recevez Madame, Monsieur, l’expression de ma haute considération

                   Pour le Conseil d’Administration de la FémasIF

Docteur Didier Ménard, président

Nathalie Arthaud (LO),François Asselineau (Union populaire républicaine), Claude Bartolone (PS), Nizarr Bourchada (« Union des démocrates musulmans français »), Emmanuelle Cosse, (EELV), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Laurent Guignon (MEI), Dawari Horsfall (« Liste d’union citoyenne »), Pierre Laurent (FDG),  Valérie Pécresse (LR), Valérie Sachs (« Nous citoyens pour l’île-de-France »), Wallerand de Saint-Just (FN), Sylvain de Smet (Fédération libertaire unitaire ouverte), Aurélien Véron (« Aux urnes citoyens »), Yann Wehrling (MoDem),